Procès de Paris: pour l’Avocate Générale Maryvonne Caillibotte « le temps a passé ».

Au procès de huit nationalistes corses, jugés par la Cour d’Assises Spécialement composée, l’avocate Générale Maryvonne Caillibotte a tout de même reconnu que: « le temps a passé ». En ajoutant que « Ce procès est celui des dernières nuits bleues de Corse ». Pierre Paoli était le principal accusé dans cette affaire et risquait jusqu’à 30 ans de prison, soupçonné d’avoir été le chef du groupe clandestin armé FLNC. Mais l’Avocate Générale a reconnu: « Je n’ai pas assez d’éléments pour le faire condamner » et par conséquence a demandé l’acquittement pour Paoli. A noter que Pierre Paoli aura effectué 19 mois de détention préventive pour finalement être acquitté ….

Un verdict d’apaisement ?

Il est très difficile de considérer les condamnations prononcées par la Cour Spéciale comme un verdit d’apaisement car pour Marc Ganu, Cyril Garcia-Tomasi et Laurent Susini, l’avocate générale avait demandé 6 ans d’emprisonnement, et a été suivie par la Cour avec mandat de dépôt à la barre.

Rappelons que Jean-Guy Talamoni Talamoni, Président de l’Assemblée de Corse et le Président du Conseil exécutif de Corse Gilles Simeoni étaient venus témoigner aux assises, expliquant que la Corse était désormais « apaisée » et avait « tourné la page » des violences.

La page est tournée mais pas pour l’Etat français.

 

Communiqué de l’Associu Sulidarità:

Ce vendredi 22 juin s’est conclu l’un des derniers procès relevant de la question politique corse et de la lutte armée clandestine.

L’Associu Sulidarità prend acte avec une grande amertume du verdict de ce soir.
Si nous nous réjouissons que 5 patriotes rentrent libres auprès des leurs ce soir, nous ne pouvons fermer les yeux sur l’incarcération de 3 Corses ce soir sur Paris condamnés à des peines de 5 et 6 ans de prison ferme, arrêtés à la barre sous les regards impuissants de leurs familles et de leurs amis venus les soutenir. 3 Corses victimes d’une justice coloniale, 3 Corses dont les familles devront reprendre la dure route qui mène aux parloirs des prisons Parisiennes, 3 preuves supplémentaires qu’il n’y a rien à attendre de la part de l’État Français.

L’État avait un choix, celui de s’engager sur le chemin de la paix, au lieu de cela, ce soir Paris a décidé de remettre en prison 3 des nôtres. Paris a décidé que 3 Hommes libres devaient retourner entre quatre murs. Paris détient désormais 3 otages de plus dans l’illégalité la plus totale, dans l’immoralité la plus immonde.
Ce soir nous voulons dire à Marc, Cyril et Laurent ainsi qu’à leurs familles que nous sommes et serons toujours à leurs côtés, nous voulons dire au peuple Corse que l’heure est plus que jamais à la mobilisation de chacun. Nous voulons aussi et surtout dire à la France, que nous ne lâcherons rien, que désormais, pour notre part, le dialogue sera rétabli lorsqu’il sera suivi d’actes concrets.
Nous ne pouvons-nous satisfaire de la politique ”du chaud et du froid  » ni de ce que plusieurs de nos frères soient maintenus en otages en vue de pressions sur le mouvement national.

Nous exigeons le retour immédiat des otages en hommes libres. Nous exigeons la libération de tous les prisonniers politiques Corses.

Libertà per tutt’i Patriotti è subbitu !
#Amnistia #LibertàPerTuttiIPatriotti

L’image contient peut-être : texte
Alain Cacciari

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*