Tribuna Libera : L’engagement par Paula Maria Franchi Gianni

L’engagement.

Quelle est la véritable signification de ce mot, de ce concept ?

Et comment naît-il ?

S’engager est avant tout un acte réfléchi, un acte qui responsabilise, qui oblige celui qui le prend à respecter sa parole.

Il doit assurer son devoir, il en a l’obligation morale.

S’engager, c’est se lier volontairement à une cause, en toute conscience, promettre, de plein gré,  de la servir et de se soumettre aux obligations qu’elle impose.

S’engager, c’est avoir la volonté d’honorer la cause que l’on choisit,  sinon, ce n’est pas un engagement mais simplement un désir, une envie éphémère, une bonne volonté vite oubliée.

S’engager, c’est emprunter un chemin précis et, perdre, par là –même, une certaine liberté.

Et, pourtant, ce sont des liens qui nous font libres.

La liberté que nous perdons est celle qui est sans intérêt, celle des petits faits quotidiens, des petits plaisirs.

La liberté que nous gagnons est celle de l’esprit, du choix de vie que nous assumons, en toute conscience.

Comment y parvient-on ?

Etre engagé, c’est croire à des valeurs et oser les exprimer, sans colère, mais aussi sans timidité.

Les médias, les institutions, les conversations développent des idées négatives sur l’engagement. On fait état d’une crise des valeurs alors qu’il s’agit plus particulièrement  d’une crise d’expression de ces valeurs.

Sans aucun doute, on a engrangé au fond de soi-même un certain nombre de valeurs, et, le cours de notre jeune vie nous a démontré que nous supportions des faits, nous subissions des injustices qui nous ont amenés à nous interroger sur la société insulaire et ses rapports avec l’état français.

Sans aucun doute étions-nous déjà épris d’un idéal, celui de la sauvegarde de notre Peuple, de notre Terre, de notre Histoire et de notre Culture.

Ces intentions sont belles mais encore faut-il les vivre!

Et, il n’y a aucune honte à avoir un idéal politique et à le soutenir de toutes ses forces. Cela est même gratifiant.

Un travail en profondeur agite nos esprits.

Conversations, rencontres, lectures diverses, profonde estime pour quelqu’un qui a déjà choisi, parfois au sein de nos familles, parfois parmi nos amis, orientent notre pensée vers ce qui un jour se manifeste avec éclat.

Car un jour  se produit en nous un déclic, et ça y est, la décision est prise.

Le choix est fait: on s’engage.

Nous, jeunes militants indépendantistes, nous avons fait le choix de nous engager dans la Lutte de Libération Nationale.

Notre engagement est donc politique et vie à lutter contre l’occupant. Cet occupant, l’état français, le pays de Droits de l’Homme, nous a-t-on appris, nous étouffe et empêche notre Peuple de vivre tel qu’il se doit. Nous ne devons pas abandonner, et au contraire, renforcer notre présence, même face au déni de démocratie que nous affrontons depuis 2015.

Nous, jeunes militants indépendantistes, avons une responsabilité, chacun d’entre nous doit se faire la voix de Corsica Libera, par l’exemple, le travail, et la force de son engagement.

Tenir le chemin, sans se détourner, porter, chacun à son niveau, les choix que nous prônons pour une société corse libérée, pleinement émancipée, hors du joug colonial.

Montrer l’exemple en vivant notre engagement, au jour le jour, par des actions militantes.

Nous, jeunes militants indépendantistes, sommes les héritiers d’un combat de presque 50 ans qui n’a pas servi à rien, et nous nous devons de porter avec fierté aussi bien les erreurs du passé que les avancées qu’ont obtenues nos aînés.

Les dernières élections ont montré que notre Peuple a compris le sens de notre engagement. Certes, nous voyons apparaître de nouveaux nationalistes, mais c’est à nous, par notre travail, de faire d’eux de nouveaux militants.

Nous, jeunes militants indépendantistes, devons continuer à porter la lutte et à l’intensifier.

Et, nous, jeunes militants indépendantistes, sommes les sœurs et les frères de lutte de tous les prisonniers et recherchés politiques qui sont les otages de l’état français.

Neuf d’entre eux seront jugés du 11 au 22 juin prochain. Toute décision les condamnant serait injustifiée et injustifiable. Nous souhaitons leur retour en hommes libres.

Voilà les raisons de notre engagement.

PM Franchi Gianni.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*