Quand Bruno Le Maire parle de « double jeu » …

Il est tout de même étonnant d’entendre un énième Ministre, en déplacement sur notre île, parler de « double jeu » à l’endroit du Président de l’Assemblée de Corse, Jean-Guy Talamoni. Cela prêterait même à sourire si la situation politique, économique, sociale et culturelle n’en était arrivée à un statu quo jamais connu jusqu’à présent.

« Si je tends la main, ce n’est pas pour me la faire mordre. Quand le président de l’Assemblée de Corse, je passe 45 minutes avec lui et nous avons une discussion constructive, et qu’à peine 30 minutes plus tard, sur les réseaux sociaux, on dit que c’est du trompe l’œil et que ça ne sert à rien.

Dans ce cas-là, vous restez chez vous et je reste chez moi». Mais qu’à cela ne tienne … !!!

 

Ce qu’a oublié de mentionner Monsieur le Ministre, c’est que le Président Talamoni lui a posé une question claire et simple à savoir « si il était prêt à s’engager dans la discussion d’un statut fiscal et social dérogatoire ? » … et sa réponse a été la même que tous les Ministres qui l’ont précédé : « …en l’état actuel des choses, il lui est impossible de (m)’engager en ce sens… »

Après avoir subi l’ignorance totale du « problème » corse par madame Gourault, après avoir vu défiler des Ministres totalement ignorants de la situation de notre île… Monsieur le Ministre de l’économie et des finances ose parler de « double jeu » envers le Président Talamoni… Une chose est certaine, c’est que Jean-Guy Talamoni, n’a jamais changé de position depuis qu’il est responsable politique, fidèle à ses idées et à son mouvement politique depuis toujours … on ne peut pas en dire autant de Monsieur Le Maire !!!

C’hè da ride o da pienghje …

La bonne nouvelle est que, le ministre de l’Économie et des Finances, s’est rendu à bord du Vizzavona (affrété par la Corsica Linea) … mais il n’est probablement pas rentré en France par la mer mais par les airs… et n’oublions cette phrase de Bruno Le Maire :

« Dans ce cas-là, vous restez chez vous et je reste chez moi ».

 

Alain Cacciari

 

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*