SEDUTA À L’ASSEMBLEA DI CORSICA : DISCORSU DI U PRESIDENTE

(Traduction française : cf. plus bas)

Care culleghe, cari culleghi, 

Qualchì parolla per rende contu à l’Assemblea di l’iniziativa chì sò statu custrettu à piglià davant’à una pulemica d’una viulenza rara. Ùn si tratta micca di un affare di ghjocu à ballò quand’elli si leghjenu certi prupositi, insulti di sicuru, ma dinù chjame à cumette crimini per via di un’appartinenza à a nostra cumunità. Citeraghju simpliciamente quellu famosu hashtag #Mortauxcorses. Attachi contru à i Corsi ci n’hè statu dipoi anni è anni ma una campagna d’odiu cum’è quessa, era un pezzu ch’ùn si vidia più. In fatti, per truvà una situazione simile, ci vole à ricullà à e seguite di a disfata di u 1870. À l’epica, i nostri cumpatrioti eranu accusati d’esse rispunsevuli di u cumpurtamentu di Napulione III per via di e so origine corse. Facebook è Twitter ùn esistianu ancu, hashtag ùn ci era micca, ma i libri di storia ci insegnanu chì i giurnali ripigliavanu listessu mottu chè oghje : « Mort aux Corses ». È cum’è ùn bastavanu micca e parolle è i scritti, pogrom anti-corsi funu urganizati. Ramintemu per indettu chì, in Marseglia qualchi disgraziati funu lampati in mare è in Parigi dui Corsi, Vincensini è Poli, funu puntatti ind’è a Senna, cum’è un seculu dopu, Brahim Bouarram, per listesse ragione : u razzisimu è l’imbecillità chì vanu spessu per paghju. 

In una tale situazione, di sicuru, stu razzisimu è st’imbecillità ponu esse sparti in i dui canti. A differenza hè chì u razzisimu antifrancese, cum’è u razzisimu antimaghribinu ò l’antisemitisimu ponu esse cundannati da i tribunali è ancu di grazia ! Ma u razzisimu contra i Corsi nò, chì a Corte di cassazione hà decisu di 2002 chì i Corsi ùn facianu micca parte di e categurie prutette da a lege di 1881. I magistrati si sò arrimbati à l’arrestu di u Cunsigliu custituziunale di 1991 chì avia annulatu a nuzione di populu corsu. Dunque, à sente i ghjudici i più famosi di Francia, cum’ellu ùn esiste micca u populu corsu si pò dì o scrive n’importa chè nant’à i Corsi. 

Per contu meiu, cum’è Presidente di l’Assemblea di Corsica, aghju ricevutu parechje chjame o scritti per dumandà mi di circà à fà qualcosa per fà rispettà i diritti murali di i Corsi. Avucatu di furmazione, sò sempre statu cunvitu chì u dirittu era statu inventatu per regulà i raporti in sucetà. Hè per quessa chì m’hè parsu utule di fà di manera chì u dirittu pigliessi a piazza di l’insulti è forse dumane di i colpi. Aghju dunque chjamatu l’avucati corsi di Bastia, d’Aiacciu è ancu da mare in là à custituisce un cullettivu per assicurà a pruttezzione legale di i Corsi cum’è quella chì esiste per l’atri populi è cunfessione religiose. Aghju invitatu dinù i presidenti di i gruppi di st’Assemblea. Quelli di a maiurità è di u gruppu « Andà per dumane » anu accitattu di participà à a dimarchja. 2 

In quantu à l’avucati, parechje decine anu rispostu à a mo chjama, è avemu cuminciatu à travaglià nant’à stu prublema. 

L’idea serebbe d’ingagià torna prucessi contra à quelli chì insultanu i Corsi, di pruvà à fà cambià a pusizione di a Corte di cassazione è, s’ella ùn hè pussibule, d’andà sin’à a Corte aurupea di i diritti di l’omu. Altra pussibilità : dumandà à i sei parlamentarii di a Corsica d’appruntà una pruposta di lege per cambià u testu di 1881 à prò di a pruttezzione di e cumunità territuriale è culturale. 

Eccu ciò chì mi hè parsu utule di fà. Ùn si tratta manc’appena di una dimarchja agressiva o di vittimizazione. U scopu hè naturalamente d’appacià a situazione è di fà chì i Corsi sianu difesi da u dirittu, chì mi pare l’arnese u più logicu, u più efficace è u più sicuru à adduprà in sucetà. 

Infurmeraghju a nostra Assemblea di l’evuluzione di ciò chì ghjè per noi più chè un cartulare. 

À ringrazià vi. 

Chers collègues, 

Quelques mots pour vous informer de l’initiative que j’ai dû prendre face à une polémique d’une rare violence. Lorsqu’on lit certains propos, des insultes bien sûr, mais aussi des appels au meurtre en raison de l’appartenance à notre communauté, il est évident qu’il ne s’agit pas seulement de football. Je citerais simplement le fameux hashtag #Mortauxcorses. 

Des attaques contre les Corses, il y en a eu, depuis de longues années. Mais il y a longtemps qu’il n’y avait pas eu une campagne de haine comme celle-ci. En fait, pour retrouver une situation similaire, il faut revenir aux suites de la défaite de 1870. A l’époque, nos compatriotes étaient considérés comme responsables du comportement de Napoléon III en raison de leurs origines corses. 

Facebook et Twitter n’existaient pas encore, il n’y avait pas de hashtag, mais les livres d’histoire indiquent que les journaux utilisaient la même devise qu’aujourd’hui : « Mort aux Corses ». Et comme les mots et les écrits ne suffisaient pas, des pogroms anti-corses furent organisés. Rappelons, par exemple, qu’à Marseille, quelques malheureux furent jetés à la mer et qu’à Paris, deux Corses, Vincensini et Poli, furent poussés dans la Seine, comme, un siècle après eux, Brahim Bouarram, pour les mêmes raisons : le racisme et l’imbécilité, qui vont souvent de pair. 

Dans pareille situation, bien sûr, ce racisme et cette imbécilité peuvent être partagés des deux côtés. La différence c’est que le racisme anti-français, comme le racisme anti-maghrébins ou l’antisémitisme, heureusement, peuvent être condamnés par les tribunaux ! Ce n’est pas le cas du racisme anti-corses puisque la Cour de cassation a décidé, en 2002, que les Corses ne faisaient pas partie des catégories de personnes protégées par la loi de 1881. Les magistrats se sont appuyés sur l’arrêt de 1991 du Conseil constitutionnel, qui avait annulé la notion de peuple corse. Donc, à entendre les juges les plus renommés de France, le peuple corse n’existant pas, on peut dire ou écrire n’importe quoi sur les Corses. 

Pour ma part, en tant que Président de l’Assemblée de Corse, j’ai reçu plusieurs appels ou courriers me demandant de veiller à ce que les droits moraux des Corses soient respectés. 2 

Avocat de formation, je suis convaincu que le droit a été inventé pour réguler les rapports dans la société. C’est la raison pour laquelle il m’a semblé utile de faire en sorte que le droit prenne la place des insultes et, demain, peut-être des coups. 

J’ai donc appelé les avocats corses, de Bastia, d’Ajaccio et d’au-delà de la mer, à constituer un collectif pour assurer la protection légale des Corses, comme celle qui existe pour les autres peuples et confessions religieuses. 

J’ai également invité les présidents des groupes de cette Assemblée. Ceux de la majorité et du groupe « Andà per dumane » ont accepté de participer à la démarche. 

Quant aux avocats, plusieurs dizaines d’entre eux ont répondu à cet appel et nous avons commencé à travailler sur ce problème. 

L’idée serait d’engager à nouveau des procès contre ceux qui insultent les Corses, de tenter de faire changer la position de la Cour de cassation et, si cela n’est pas possible, d’aller jusqu’à la Cour européenne des droits de l’homme. 

Autre possibilité : demander aux six parlementaires corses de préparer une proposition de loi pour modifier le texte de 1881 en faveur de la protection des communautés territoriales et culturelles. 

Voilà ce qu’il m’est paru utile de faire. Il ne s’agit absolument pas d’une démarche agressive ou de victimisation. L’objectif est naturellement d’apaiser la situation et de faire en sorte que les Corses soient défendus par le droit, qui me semble être l’outil le plus logique, le plus efficace et le plus sûr à utiliser en société. 

J’informerai bien entendu notre Assemblée de l’évolution de ce qui est, pour nous, bien plus qu’un simple dossier. 

Je vous remercie. 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*