Corsica Libera : Assemblea Generale per ch’ellu campi u Populu Corsu

Tinia eri u partitu Corsica Libera, a so Assemblea Generale. Più di 350 militanti adduniti in Corti anu vutatu una muzione d’urientazione generale, risultatu d’una sintesi trà i testi proposti da e sezzione.

Hà decisu dinò l’Assemblea Generale di strutturà u partitu da quì à un mese durante à a prossima Cunsulta.

S’hè compia a ghjurnata di travagliu cù u discorsu di Ghjuvan Guidu Talamoni à quale i militanti anu accertatu u so sustegnu indeffettibile sciaccamanendu lu forte.

Eccu quì sottu u discorsu d’appertura di l’Assemblea da Sauveur Grisoni è a muzione vutata à l’unanimità da i militanti :

Muzione in francese

Muzione in Corsu

Discorsu di Sauveur Grisoni

« Cette assemblée a un caractère particulier pour plusieurs raisons majeures qui doivent être toutes énoncées aujourd’hui .

La première et la principale qui doit être répétée sans cesse et comprise par tous : le nationalisme corse, le mouvement nationaliste, les mouvements nationalistes n’ont jamais été aussi fortement présent au centre de l’échiquier politique. Ils ne l’ont jamais quitté, sous ses formes diverses, clandestines ou publiques. Ils se sont même renforcés. Le mouvement national est devenu définitivement incontournable. Même les substrats de forces politiques à obédience française lui sont désormais subordonnées.

La seconde raison majeure est que nous, collectivement, avons dépassé le cap des mois et des années nécessaires à l’apprentissage et à la préhension du pouvoir. Désormais nous sommes, à Pè a Corsica, en situation pleine de l’assumer car nous en avons cerné les contours et défini pleinement les enjeux. Il nous sera difficile de ne pas assumer pleinement les responsabilités qui sont les nôtres comme il nous sera impératif d’avoir la volonté, à Corsica libera, de le faire de la façon la plus révolutionnaire qui soit.

Pour résumer notre propos en une image : SOUS LA GESTION, LA RÉVOLUTION.

La troisième raison, naturelle, est la Situation Internationale et Européenne.

Une planète déchirée. Du radicalisme islamiste à la folie des puissances, du FMI moribond au MES (Mécanisme Européen de Stabilité) dépassé, des États rois aux nations endettées, jamais les inégalités n’ont été aussi grandes, jamais depuis plus d’un demi-siècle, la guerre aussi proche de nos villages.

La coalition Pè a Corsica est aux antipodes de tout cela. Nous pensons encore possible le retour à la stabilité financière et nous œuvrons en ce sens,  nous croyons en la paix, nous avons fait la paix, et nous sommes persuadés que les peuples n’ont besoin que d’une égalité de traitement pour que rayonnent à nouveau les lumières, pour que renaisse l’espoir, per ch’ellu campi in pace u populu corsu.

PER CH’ELLU CAMPI IN PACE U POPULU CORSU

Et c’est ici, en quatrième point que naissent les solutions, que nait LA solution, celle que seul notre parti porte depuis 45 ans : L’indépendance.

Tant que le peuple Corse ne maitrisera pas son destin, son immigration, tous les pans de son économie, tant que l’Etat français niera notre droit fondamental à disposer de nous-mêmes, nous n’aurons pas la paix. Nous n’aurons pas la paix car nous aurons leurs guerres, leur laïcité décadente, leur éducation obsolète, leur économie mourante, leur fiscalité étouffante et leur vision borgne de ce qu’est le social.

Depuis la création du FLNC en 1975, le peuple Corse a entamé une marche irréversible vers son indépendance, faite de drame, de deuil, de sang et de peines, mais faite de constance, de fidélité, de luttes et d’idéologie aujourd’hui appelé de ses vœux par tout un peuple, u nostru, u populu Corsu, ellu sì ch’ell’hè in mossa, perchè noi, noi a sapemu, noi a sapemu dapoi anni è anni chì A popolu fattu bisogn’à marchjà !!! »

Stefanu Barbagelata

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*