PULITICA IN CORSICA : À CHÌ NE SIMU ???

Depuis quelques semaines, la réforme constitutionnelle a occupé une place prépondérante dans la vie de nos élus, mettant parfois même les dossiers de la nouvelle Collectivité de Corse au point mort. Entre les déplacements parisiens, les réceptions de ministres, le travail de tous les élus, en commission ou ailleurs à la rédaction d’un article de la constitution qui ne verra jamais le jour, tout semble n’avoir tourné qu’autour de la réforme.

Et pourtant, la mise en place de cette Assemblée Unie continue, non sans mal, mais continue. À la décharge de la majorité territoriale, la non-participation des « troupes » de Pierre Jean Luciani, l’Homo Phallus Lantivus, aux réunions préparatoires n’aura pas été pour arranger les choses, comme du reste les derniers deniers dépensés par les CG 2B et 2A dans un dernier sursaut de clientélisme.

Mais les partis politiques dans tout ça, où en sont-ils ?

Du côté des anciens clans, la débandade perdure. Giacobbi a disparu, Rocca Sera vient prendre de temps en temps un canistrellu à l’Assemblée, et leurs descendants naturels sont sous respirateur.

Du côté de la majorité territoriale, l’union Femu a Corsica, prévue entre PNC et Inseme ne semble, pour l’instant, plus être à l’ordre du jour, tant les élus ont mieux à faire et c’est Corsica Libera qui semble affirmer sa position naturelle d’épine dorsale de la majorité.

Uniques et légitimes héritiers de la Lutte de Libération Nationale, les militants et élus de Corsica Libera sont en ordre de bataille.
Si ce sont principalement toutes leurs revendications historiques (Inscription dans l’Article 74, Spéculation Immobilière, Langue, Amnistie …) qui ont fait ou font l’objet de débats et avancées à l’assemblée, il semble de surcroit que le discours soit limpide et que la route soit tracée pour les indépendantistes.

Créations de sections, un nombre de militants sans cesse en augmentation, une Assemblée Générale le 15 avril et une nouvelle structuration à venir, Corsica Libera semble ne pas s’être laissé endormir par les voyages parisiens, mais semble au contraire en ordre de marche.

De toutes les luttes, sur tous les terrains, Corsica Libera offre aujourd’hui des communiqués et conférences de presse clairs, réfléchis et apportant des réponses concrètes, là où d’autres communiquent dans l’urgence et l’émotion, sans apporter de propositions réelles et sérieuses.

Corsica Libera, aujourd’hui incontournable à l’Assemblée, reprend sa place légitime dans les luttes de terrain autour de ses fondamentaux par le biais de sa base, militante et investie.

Gageons donc qu’entre la majorité absolue à l’Assemblée et le travail militant de terrain, les nationalistes sauront dans les mois qui viennent arracher encore de belles avancées au bénéfice de tous les corses.

Stefanu Barbagelata.

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*