Révision constitutionnelle : Un article spécifique pour la Corse, mais pour y mettre quoi ?

Le peuple corse est bombardé d’informations et de chiffres aussi divers et creux que possible.
72 crient les uns ! 74 rétorquent les autres ! Certains ajoutent des tirets, d’autres les trouvent dangereux, et tout à coup, la solution émerge : UN ARTICLE SPECIFIQUE !

Alors que l’Assemblée de Corse semble s’unir autour de la rédaction d’un article de la Constitution française spécifique à la Corse, avec une Stéphanie Grimaldi disposée même à y inscrire le terme d’autonomie et un JM Mondoloni, dont l’immobilisme n’est plus une légende, opposé à tout ou presque, la question que tout le monde se pose reste : mais qu’allons nous y mettre ?

Corsica Libera apporte un début de réponse dans sa dernière conférence de presse. Il est primordial que cet article reconnaisse à la Corse son statut spécifique d’île de la Méditerranée.

Au-delà de ça… où en est-on ?

Cet article doit déjà justifier des motivations pour un traitement spécifique de la Collectivité Territoriale de Corse relatif aux contraintes du territoires à la fois île et montagne.

Il devra ensuite définir et spécifier les compétences actuelles et à venir de l’Assemblea di Corsica en matière de loi et de règlement.
Les compétences à y inscrire seraient dans les domaines du fiscal, du patrimonial (notamment les patrimoines linguistique et foncier), du développement économique, de l’aménagement du territoire, de l’emploi, de santé publique (adapter les normes à l’insularité) et enfin de l’éducation avec un cadre normatif spécifique pour l’Académie de Corse.
Il faudra enfin que cet article spécifique de la Constitution prévoit l’adoption d’une loi organique ultérieure qui viendra définir ces domaines de compétences.

Le match se joue. Attendons le coup de sifflet.

Mais gageons que le gouvernement saura faire passer SA réforme constitutionnelle, quelque soit la rédaction et l’articulation de l’article spécifique à la Corse qui ne représentera qu’une partie infinitésimale de la révision. Le gouvernement français entend bien que le débat reste centré sur la Corse afin qu’il ne s’étende pas à d’autres articles révisés qui pourront de ce fait passer inaperçu !

Profitons-en…

Stefanu Barbagelata.

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*