Cronaca litteraria di u Settembre 2016

mas

Eccu ch’ell’hè ghjuntu in francese issu libellu custì : Contre les Français : de l’influence néfaste exercée par la culture française (Casa Editrice Exils).

A quarta di cuprenda ripiglia u primu capitulu titulatu : « Leur vanité fut toujours supérieure à leur talent ».

Vi la dò cum’ella hè :

« J’en suis arrivé peu à peu à la certitude que le pire malheur, parmi tous les malheurs qui ont affecté la culture européenne, est qu’un pays aussi peuplé que la France, occupant qui plus est un espace si vaste, se soit trouvé presque exactement au centre du continent. (…) Les Français se croyaient obligés de passer à leur tamis déformant toutes les créations originales que leurs voisins produisaient. »

Scrittore è editore spagnolu, Manuel Arroyo Stephens stampa issu libellu rabbiosu in u 1980 in Madrid, sottu e prime lettere MAS da campà anonimu.

Libellu satiricu cum’ellu ci vole, MAS sterpa e più grande figure francese cum’è Voltaire, issu sgaiuffu chì  riqualifica u pinsà filosoficu inglese.

Corneille, ellu, serebbe un ladru chì t’hà arrubatu u teatru spagnolu, Sade, un scrittore urdinariu, u rumanzu francese in generale ùn hà nisunu imaginazione. Ghjè ancu un’offesa à l’imaginazione.

L’affrontu hè sinceru, nisun’antifrasa, ogni tantu sustinutu, ma ci si pare quantunque chì l’autore hè dillusu di a cultura francesa. Ancu s’ell’hà pichja in capu per un naziunalistu di vede a cultura francesa pigliassi un pattone cusì tamantu, ancu s’è u modu di scrive dà garbu, à dilla franca Arroyo Stephens hà spintu un pocu inlà a macagna è què e lampate ùn ne avia ancu intesa.

Discorsi senza misura diventanu in furia straparlime è tuntaghjine !

In fine… a Francia, crucivia … di nunda, ci garberà sempre.

È ghjè cù un piacè tamantu ch’ellu cita Schopenhauer

“De même que l’Asie a les tigres, l’Afrique les singes, nous autres, en Europe, nous avons les Français.”

Barbagelata Stefanu.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*