Le Président de l’Assemblée de Corse « demande instamment qu’il soit mis fin à ces manœuvres irresponsables »

Tous les jeunes corses qui ont été placés en garde depuis ce matin ont été libérés sans qu’aucune charge ne soit retenue contre eux.

Cette vague d’interpellations avait été menée au petit matin par les gendarmeries de Bastia, Corti, de Balagne et du Cap Corse.
Dix-sept personnes au total, dont un des porte-paroles et un membre de l’exécutif de la Ghjuventù Indipendentista.

Pour la GI, il s’agit « d’une provocation grave de la part de l’Etat français à l’encontre de la jeunesse de notre pays ».

Le Président de l’Assemblée de Corse, Jean-Guy Talamoni, a appelé ce matin le Préfet de Corse pour lui faire part de la gravité des tensions provoquées par les arrestations massives de ce jour, et du caractère inacceptable des menées répressives depuis un an.
Il prend acte de la mise en liberté intervenue cet après-midi qui confirme la fragilité du dossier sur la base duquel ces arrestations ont été opérées.
Une telle légèreté dans une situation aussi tendue relève soit de l’inconséquence, soit – hypothèse plus inquiétante – d’une stratégie de la tension destinée à déstabiliser la situation politique.
Il demande instamment qu’il soit mis fin à ces manœuvres irresponsables et appelle l’ensemble des élus corses à demeurer vigilants face au développement de telles méthodes.

« Nous assistons depuis quelques mois à une volonté de museler littéralement une jeunesse éprise de justice et de liberté. » C’est ce qu’affirme Corsica Libera dans un communiqué en prévenant que:
Nous ne nous laisserons pas intimider par ces pratiques et ces provocations. La volonté de déstabilisation d’une paix durable en Corse est manifeste pour certains. »

Alain Cacciari

 

 

 

 

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*