le groupe « Corsea » vous connaissez ? OU COMMENT CONJUGUER « Pinel, résidence immobilière, spéculation immobilière et corsitude »…

Alors que depuis plusieurs dizaines d’années, le mouvement indépendantiste corse s’est prononcé pour un statut de résident réservant l’achat de biens immobiliers aux acquéreurs en mesure de justifier de plus années de résidence dans l’île. Cette mesure a pour objectif de combattre la spéculation et la dépossession immobilières qui privent les Corses de l’accès à la propriété dans leur pays.

Dans une interview au mensuel « investissement Conseils », Didier Gautier-Fabiani (directeur commercial du groupe Corsea) nous apprend que « réaliser un investissement locatif en Corse, c’est l’opportunité d’acquérir sa résidence secondaire de demain ! […] 2017 sera une année durant laquelle nous allons enrichir notre offre commerciale de façon très significative. » Didier Gautier-Fabiani poursuit : « A 20 minutes de Bastia, à proximité du bord de mer et du cœur historique du village de Penta-di-Casinca, notre programme immobilier neuf Fium’Alto, constitué de cinquante-sept appartements, dont une vingtaine encore disponible, qui sera livré au quatrième trimestre 2018, est une opportunité exceptionnelle pour faire du Pinel assorti d’une rentabilité importante. »

Un petit rappel de la conférence de presse et du communiqué de Corsica Libera lors de sa dernière Cunsulta à Corti, le 29 janvier dernier :

  • Nous tenons donc à prévenir les candidats acheteurs que nous engagerons dès que nous en aurons la possibilité une démarche d’expropriation de tous les biens immobilier acquis en Corse depuis le 24 avril 2014 par des personnes physiques ou morales ne remplissant pas les conditions posées par la délibération de l’Assemblée de corse.
  • Nous demandons à l’ensemble des professionnels intervenant dans le secteur de l’immobilier (notaires et agents immobilier notamment) d’informer les candidats acheteurs non résidents du caractère extrêmement risqué de l’acquisition projetée, et ce conformément à leur devoir de conseil.
  • Quand à nous, nous prévenons solennellement les acheteurs étrangers à la corse : n’écoutez pas ceux qui vous disent que l’acquisition est sûre en l’état du cadre légal actuel. Car compte tenu des évolutions politiques enregistrées en Corse ces dernières années, il est probable que ce cadre juridique sera considérablement modifié dans les mois et les années à venir. Pour notre part, nous ferons tout pour remettre en question l’ensemble des acquisitions postérieurs au 24 mars 2014.

A lire l’interview de Didier Gautier-Fabiani (Groupe Corsea) ici

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*